On ne meurt pas la bouche pleine
EAN13
9782259251402
ISBN
978-2-259-25140-2
Éditeur
Plon
Date de publication
Collection
SANG NEUF
Nombre de pages
345
Dimensions
19 x 14 x 2 cm
Poids
388 g

On ne meurt pas la bouche pleine

De ,

Plon

Sang Neuf

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Manger tue. Avec ce premier polar coécrit par un chef deux étoiles au Michelin, le thème de la femme empoisonneuse est revisité et modernisé. Ici, ce n'est pas le poison mais la molécule qui donne la mort. Entre la France et le Japon, un roman qui fait voyager, découvrir une autre culture et des recettes de cuisine... mortelles.
Alors qu’à Tokyo deux cadavres d’hommes empoisonnés par une substance indécelable embarrassent la police japonaise, en France un commandant de la brigade criminelle est chargé d’élucider la mort d’un riche Japonais lui aussi empoisonné par un produit inconnu. Des deux côtés de la planète, des assassinats qui, a priori, n’ont rien à voir, sauf que… Le commandant Simmeo, passionné d’art, découvre qu’ils sont liés par les yakuzas. Voilà la Crim’ du 36, quai des Orfèvres obligée de travailler avec son homologue japonaise, aux méthodes bien différentes, pour coincer un coupable qui utilise la cuisine moléculaire pour parvenir à ses fins… Entre Paris et Tokyo, une sidérante plongée dans les eaux troubles de la gastronomie, de la science et du crime.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

4 mai 2018

Mortelle cuisine

Je ne connaissais pas Odile Bouhier, par contre, j’ai eu la chance de goûter à la cuisine de Thierry Marx, l’alliance des deux, se révèle savoureuse, quand ils s’associent dans un polar culinaire !! Les hauts gradés de la mafia ...

Lire la suite

par
1 novembre 2017

Un peu brouillon par moment : des paragraphes pas vraiment nécessaires qui alourdissent le poids du livre sans rien lui apporter, des pistes évoquées qui ne vont pas jusqu'au bout, des portes ouvertes non refermées, enfin des maladresses un poil ...

Lire la suite

29 octobre 2017

cuisine, Japon, policier

J’aime les polars d’Odile Bouhier, mais je n’ai jamais goûté la cuisine de Thierry Marx. Tant pis, je lis le roman qu’il a co-écrit (faute de grives, on mange des merles, comme aurait dit ma grand-mère). Et je me suis ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Odile Bouhier
Plus d'informations sur Thierry Marx