La loi naturelle et les droits de l'homme
EAN13
9782130787532
ISBN
978-2-13-078753-2
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Collection
Collection de métaphysique, Chaire Étienne Gilson
Nombre de pages
256
Dimensions
22 x 15 x 1 cm
Poids
204 g
Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


La doctrine des droits de l’homme est devenue l’unique référence légitime pour
ordonner le monde humain et orienter la vie sociale et individuelle. Dès lors, la loi
politique n’a plus d’autre raison d’être que de garantir les droits humains, toujours
plus étendus. La loi ne commande plus, ne dirige plus, n’oriente plus : elle autorise.
Elle ne protège plus la vie des institutions – qu’il s’agisse de la nation, de la famille,
de l’université –, mais donne à tout individu l’autorisation inconditionnelle d’y accéder.
L’institution n’est donc plus protégée ni réglée par une loi opposable à l’individu ;
celui-ci jouit d’un droit inconditionnellement opposable à l’institution. Pierre Manent
montre que cette perspective livre les éléments constituants de la vie humaine à une
critique arbitraire et illimitée, privant la vie individuelle comme la vie sociale de tout
critère d’évaluation. Une fois que sont garantis les droits égaux de faire telle action ou
de conduire telle démarche, il reste à déterminer positivement les règles qui rendent
cette action juste ou cette démarche salutaire pour le bien commun. La loi naturelle
de la recherche du bien commun se confond avec la recherche des réponses à
la question : comment orienter ou diriger l’action que j’ai le droit de faire ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.