A l'établi de Marie-Hélène Lafon

A l'établi de Marie-Hélène Lafon

Marie-Hélène Lafon creuse son sillon, de page en page, de livre en livre, comme on retourne la terre. Elle travaille la langue comme on travaille le sol. Elle la fertilise, la féconde, l’abonde. Elle fait œuvre. Patiente et travailleuse, sans trop se soucier de renommée, elle sait d’où elle vient, même en littérature, surtout en littérature (Gustave Flaubert, Pierre Michon, Pierre Bergounioux…), et elle sait où elle va. Il y a chez elle une force déterminée, entêtée, convaincue, une puissance douce et naturelle. Droite dans ses souliers (pas des bottes, surtout pas des bottes !), elle est là debout, auprès de nous, bien présente dans notre paysage livresque.

C’est Marie-Hélène Lafon qui, cette année, fait le cadeau d’un texte inédit à Initiales. Jours d’hiver, le recueil édité par nos soins, viendra donc réchauffer les lectrices et lecteurs, début décembre 2018, dans toutes nos librairies.

Flaubert

Lafon, Marie-Hélène

Buchet-Chastel

14,00

Dans la vie d’un lecteur, certains auteurs occupent une place à part - lectures inaugurales, compagnons
de tous les jours, sources auxquelles on revient.
La collection « Les auteurs de ma vie » invite de grands écrivains d’aujourd’hui à partager leur
admiration pour un classique. Elle reprend le principe des « Pages immortelles », publiées dans les
années trente et quarante chez Corrêa/Buchet Chastel : chaque volume se compose ainsi d’une
présentation de l’auteur choisi ainsi que d’une anthologie personnelle.
Ces rencontres extraordinaires, ici partagées, sont pour le lecteur de belles occasions de relectures ou
de découvertes.


Nos vies
15,00

J'ai l'oeil, je n'oublie à peu près rien, ce que j'ai oublié, je l'invente. J'ai toujours fait ça, comme ça, c'était mon rôle dans la famille, jusqu'à la mort de grand-mère Lucie, la vraie mort, la seconde. Elle ne voulait personne d'autre pour lui raconter, elle disait qu'avec moi elle voyait mieux qu'avant son attaque.

Le Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Une femme, que l'on devine solitaire, regarde et imagine. Gordana, la caissière. L'homme encore jeune qui s'obstine à venir chaque vendredi matin... Silencieusement elle dévide l'écheveau de ces vies ordinaires. Et remonte le fil de sa propre histoire.

Nos vies est le nouveau roman de Marie-Hélène Lafon. Il aurait pour sujet la ville et ses solitudes


Histoires
16,00

"Nouvelle ou roman, roman ou nouvelle, parfois on ne sait pas, je ne sais pas ce que je vais faire, où ça va aller ; je suis une piste qui s’enfonce dans le maquis textuel, j’y vais, j’avance, et ensuite ça devient quelque chose que je n’attendais pas, ça devient autre chose, ça se fait en se faisant, ça se fait autrement, ça tourne et ça bifurque, ça se retourne."

Histoires rassemble en un seul volume les nouvelles écrites par Marie-Hélène Lafon. Celles qui ont été publiées chez Buchet/Chastel. Et d’autres.


Chantiers

Marie-Hélène Lafon

Editions des Busclats

Sur les Chantiers de Marie-Hélène Lafon, tout fait ventre et matériau, les céréomnies de l'enfance paysanne et catholique, le quotidien des familles, les chansons enfouies, les gestes et les corps, les pantoufles de Suzanne au bain, Flaubert, Claude Simon ou Bill Viola.On rit, on se souvient, on s'émeut, on s'y retrouve et on s'étonne. On rentre sous la peau de l'écriture et dans la chair du vivant.


Joseph
13,00

Joseph est un doux. Joseph n 'est pas triste, du tout. Joseph existe par son corps, par ses gestes, par son regard ; il est témoin, il est un regardeur, et peut-être un voyeur de la vie des autres, surtout après la boisson, après les cures. Il reste au bord, il s'abstient, il pense des choses à l'abri de sa peau, tranquille, on ne le débusquera pas.