Conseils de lecture

8,40
par (Librairie La Galerne)
15 février 2013

Ce livre nous plonge brillamment dans les années 80 aux débuts du Sida. La narratrice, journaliste à Libé, nous raconte sans prendre parti la vie de trois hommes, leurs amours, leurs haines, leurs idéaux et leurs déchirements. Ce premier roman est passionnant !


7,10
par (Librairie La Galerne)
15 février 2013

Un livre pétillant, drôle et impertinent

Ce livre raconte les aventures canadiennes d’un jeune juif français qui essaye d’échapper à son envahissante famille. Il est de mauvaise foi, supporter de l’AS Saint-Etienne, aime mélanger whisky et Témesta et deviendra sûrement votre nouvel ami pour longtemps.


par (Librairie La Galerne)
15 février 2013

Exubérant et touchant

"Lily la Tigresse" est un livre très étonnant. La vie de Lily bascule lorsqu’elle doit recueillir un bébé tigre et l’élever à l’aide de ses deux amies dans son appartement. Le lecteur bascule lui aussi dans une histoire délirante et amusante, mais ancrée dans une réalité sociale israélienne particulièrement crue et difficile. On rit, on s’étonne, on pleure. Bref, un roman exubérant et touchant, qui nous emmène bien loin de notre quotidien.


par (Librairie La Galerne)
15 février 2013

Découvrez un aspect étonnant de la vie de Calamity Jane, figure légendaire de l’Ouest, ivrogne au langage incroyablement grossier et compagne de Wild Bill Hickok. Pour lui garantir une éducation qu’elle-même ne peut lui offrir, Calamity Jane confie sa fille de un an à un couple de l’Est. Pendant vingt-cinq ans, elle lui écrit de façon irrégulière. Elle lui parle de sa vie, de ses aventures et surtout de son amour pour elle. Ce livre est un très beau et très original témoignage d’amour maternel.


8,50
par (Librairie La Galerne)
15 février 2013

"La lamentation du prépuce" est un livre émouvant et drôle dans lequel le narrateur nous décrit son enfance dans une famille juive orthodoxe à New York. C'est impertinent, irrévérencieux, parfois cru mais toujours juste. Un auteur à découvrir, qui nous rappelle Philip Roth pour son obsession de la mort et ses rapports difficiles avec la religion, et Woody Allen pour son humour décapant.