L'insouciance

L'insouciance

Karine Tuil

Gallimard

  • 10 février 2017

    vie moderne

    Une grande fresque, passionnante, où les personnages se croisent et se recroisent.
    Je les ai aimés, tous, dans leurs différences, leurs petites lâchetés et leurs conflits.
    Ils ont pourtant des postes clés, mais une inattention va les précipiter dans un avenir incertain.
    Les scènes d’amour sont passionnelles, comme si les seuls points d’encrage des personnages étaient ces moments de corps à corps passionnels.
    Il y est question de la guerre en Irak où personne ne fait confiance à personne ; du racisme anti-noir et anti-juif, ainsi que du cyber-harcèlement ; du retour des ultras religieux.
    Les personnages grandissent dans la douleur : oui, le temps de l’insouciance est fini pour eux.
    L’auteure termine toutefois son roman sur une note optimiste : c’est grâce à la famille que nous pouvons surmonter les épreuves.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du Grand Cercle dans lequel rêve d’entrer Osman.

    Quelques citations :

    « – Les blessures d’humiliation sont les pires, rétorqua son père. Pourtant, on n’en meurt pas. Regarde-moi, je suis toujours là… » (p.218)

    « On voit mieux certains choses avec des yeux qui ont pleuré. » (p.219)

    « Quand vous entendez dire du mal des juifs, dressez l’oreille, on parle de vous. » (p.307)

    « Peut-être qu’il ne faut pas chercher à être heureux mais seulement à rendre la vie supportable. » (p.509)

    http://alexmotamots.fr/?p=2653


  • par (Librairies de Port Maria)
    3 décembre 2016

    Stupéfiant !

    Quel talent ! Grand roman contemporain ; très dur, magistral, d'un réalisme allant jusqu'à l'insoutenable.
    France : l'attrait du pouvoir crée une atmosphère d'hypocrisie, de violence.
    Irak : banditisme, attentats
    Afghanistan ; horreurs, tortures inimaginables
    France : la guerre est partout : politique, religion, racisme, antisémitisme
    (heureusement on rencontre l'amour parfois)
    Récit coup de poing, inrésumable, à ne pas manquer !


  • par (Fontaine Passy)
    25 octobre 2016

    Romain Roller est un jeune soldat français vétéran d'Afghanistan en plein repos sur l'île de Paphos avant son retour à la vie civile.
    François Vély est un grand patron français des Telecom en pleine déroute suite à une bourde de communication le désignant comme raciste.
    Enfin, Osman Diboula est un ancien éducateur de banlieue devenu conseiller du Président de la République qui vient de démissionner à cause de propos racistes à son encontre.
    Ces trois personnages n'ont rien en commun, ne fréquentent pas les mêmes sphères et pourtant leurs destins se croisent par hasard en Irak. Ces trois hommes broyés par la vie, essayent de survivre dans un monde en perpétuel changement où les cartes sont sans cesse redistribuées.
    Karine Tuil nous happe littéralement dans cette histoire par son écriture incisive et dynamique. Pas une minute de répit l'intrigue défile à toute allure menant le lecteur jusqu'à l'issue finale. Un roman puissant, terriblement d'actualité et qui touche à beaucoup de nos problématiques actuelles.


  • par (Fontaine Villiers)
    16 octobre 2016

    L'insouciance, roman ambitieux, raconte les destins croisés de plusieurs personnages, aux origines sociales et religieuses diverses. Il y a tout d'abord Romain, enfant paumé des banlieues, engagé dans l'armée et survivant de la guerre d'Afghanistan dont il revient traumatisé qui rencontre Marion Decker, ambitieuse journaliste terrorisée à l"idée de finir par ressembler à sa mère. Seulement, Marion est mariée à François Vély, fils d'un résistant, entrepreneur franco-américain qui se trouve plongé au cœur d'un scandale qui ravive les douleurs de la colonisation. C'est là qu'arrive Osman Diboula, fils d'immigré ivoirien, éducateur à Clichy-sous-bois, entré au gouvernement suite à son ascension fulgurante dans la sphère médiatique et qui a décidé contre toute attente de prendre la défense de François Vély.

    Véritablement inscrit dans notre actualité par les thèmes abordés, qu'ils soient sociaux, économiques, politiques ou religieux, "L'insouciance" est une vraie gageure. Comment décrire les problèmes et les polémiques qui secouent la France depuis plusieurs mois, sans jamais tomber dans la caricature ni les raccourcis gênants? C'est un pari réussi pour Karine Tuil qui grâce à une vraie finesse d'écriture de ses personnages, jamais simples et aux multiples facettes, parvient à créer une fresque de la France de 2016. Un roman passionnant et addictif.


  • par (Librairie l'Esperluète)
    15 septembre 2016

    Quatre personnages dressent un portrait de la France d'aujourd'hui. Le soldat de retour d'Afghanistan, traumatisé. Le politicien sorti de banlieue, qui ne peut se défaire de sa méfiance des Blancs envers les Noirs. La journaliste pernicieuse, qui conquiert ses proies masculines. Le riche collectionneur d'art dont le fils devient juif fanatique.
    Tous avaient construit leur vie avec le désir d'insouciance, mais leur passé risque à tout moment de les rattraper.


  • par (Librairie La Rose des Vents)
    5 septembre 2016

    Coup de cœur de Laurence

    Portrait social et politique du XXIe siècle où chacun cherche sa place et son identité. Quatre personnages au centre de ce roman : un lieutenant de retour de mission en Afghanistan, une journaliste, un patron du Cac 40 et un conseiller à l'Elysée.

    Karine Tuil nous dépeint une société plutôt malsaine et violente dans ce roman à la fois révoltant et attachant, soutenu par une écriture maîtrisée et juste.

    Laurence


  • par (Fontaine Auteuil)
    5 septembre 2016

    Voici un roman dont l'ampleur et l'ambition à l'américaine cherchent à nous montrer les rouages du pouvoir : politique, médiatique, financier. Quatre personnages catalysent ce qui ressemble fortement à notre récente actualité : un soldat revenu d'Afghanistan, un jeune conseiller aux dents longues et à l'indignation fluctuante, un chef d'entreprise piégé dans un scandale qui n'est qu'un procès d'opinion et une jeune journaliste brillante mais sans conviction.
    Indubitablement un des gros bulldozers de la rentrée.


  • par (Librairie Ravy)
    29 août 2016

    Nous sommes en 2008, Romain est un soldat qui revient d’une mission en Afghanistan, Marion est journaliste et prépare un article sur cette guerre. François le mari de Marion est un grand patron, Osman est un homme politique prometteur en poste à L’Elysée. Ces 4 personnages voient leurs destins liés par un scandale médiatique.
    Dans ce roman de politique fiction et d’amour, Karine Tuil déploie tout son talent pour analyser la société française actuelle de façon très lucide, sans concessions. Un des grands romans de cette rentrée.
    Valérie


  • par (Librairie Ravy)
    22 août 2016

    L'insouciance

    « Nous sommes en 2008, Romain est un soldat qui revient d’une mission en Afghanistan, Marion est journaliste et prépare un article sur cette guerre. François le mari de Marion est un grand patron, Osman est un homme politique prometteur en poste à L’Elysée. Ces 4 personnages voient leurs destins liés par un scandale médiatique. Dans ce roman de politique fiction et d’amour, Karine Tuil déploie tout son talent pour analyser la société française actuelle de façon très lucide, sans concessions. Un des grands romans de cette rentrée. »
    Valérie


  • 21 août 2016

    L'insouciance et la vie

    Une fois encore, Karine Tuil fait souffler un vent, une tempête même, de romanesque sur la rentrée littéraire. Elle ne suit pas le rythme d’un métronome, un livre par an, quelle que soit l’inspiration, quelle que soit sa nécessité. Non, il lui a fallu trois ans pour venir à bout de ce formidable récit débuté avant les attentats, mais nourri ensuite de ce qui s’est passé tout au long de l’année 2015…

    Elle renoue avec l’un de ses thème de prédilection, l’identité. Qui sommes-nous vraiment ? Peut-on se libérer des cases (et des classes) dans lesquelles la société vous emprisonne ? Elle s’interroge également sur la guerre et l’impact que les situations extrêmes ont sur les vies des uns et des autres.

    Ses personnages formaient au départ une équipe de copains qui avaient grandi en banlieue : Romain s’est engagé en Afghanistan où il a vu ses hommes tomber devant lui; désormais, ses nuits sont peuplées de cauchemars et au moindre bouchon de champagne qui claque, il croit sauter sur une mine.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • 17 août 2016

    insouciance

    Ce roman intense est une tragédie des temps modernes. Dans un monde violent qui engendre la violence, comment surmonter les drames, continuer malgré la dislocation de soi… Un style nerveux, des mots puissants, comme des coups de poing dans le ventre.