Dans la ville en feu

Dans la ville en feu

Michael Connelly

Calmann-Lévy

  • 15 mars 2015

    Rien ne peut arrêter Harry Bosch quand il tient une piste !

    Pour les vingt ans de son personnage favori, Michael Connelly met les petits plats dans les grands. J'avais été particulièrement séduit par Ceux qui tombent, paru en 2014, qui signait le retour de Harry Bosch au premier plan dans une intrigue qui fleurait bon ses grandes enquêtes passées. Dans la ville en feu passe encore la vitesse supérieure avec un Bosch au sommet de son art, un pitbull acharné qui ne lâche jamais rien, se joue des embûches placées par les politiciens à la petite semaine, piétine les procédures et n'hésite pas à se mettre en danger pour dénouer l'intrigue.


    Peu importe le temps passé, les pistes refroidies, un mort mérite toujours que l'enquête, lorsqu'il y a la moindre lueur, soit poursuivie et, sur ces coups-là, Harry Bosch est le meilleur.

    Connelly sait planter un décor, il a l'art du journaliste et l'écriture efficace pour cela, s'ajoute son expérience de chroniqueur judiciaire pour tous les aspects procéduriers de l'histoire. Ces vingt années de vie commune avec Bosch ne l'empêche pas de le remettre encore et toujours en cause, de le questionner sur ses habitudes et ses manies, le vieil enquêteur n'est pas figé, il évolue, doute, essaie de changer, un des grands talents de l'auteur de ne pas se la jouer facile et routine mais de creuser inlassablement son personnage favori pour le faire tout simplement vivre.

    Le rythme est à l'honneur dans cet épisode, Harry y tient, sent une dynamique et ne se laissera pas distraire par les pantomimes de son supérieur et une enquête opportune des affaires internes. C'est également sans doute ce qui explique la présence plus importante du jazz, l'inspecteur ne doit pas perdre le tempo et savoir improviser des soli lorsqu'il le faut, et, comme c'est en solo que Bosch travaille le mieux, il va se défoncer pour rejeter les pistes toutes faites et tenter de trouver une vérité que personne ne souhaite voir triompher.

    La traduction est comme à l'accoutumée de très grande qualité. Le couple Connelly/Robert Pépin fonctionne depuis de nombreux romans et leur complicité se sent. À tel point qu'un personnage nommé Pépin se trouve dans cet opus, un gros clin d'oeil appuyé et un bel hommage. Les passages où Bosch lit, en traduction automatique, des articles de Anneke parus en norvégien sont particulièrement réussis. Pourtant, traduire ce qui était, je pense, du mauvais anglais en français approximatif me semble un exercice périlleux.

    Il y aurait tant de choses à dire encore mais, le plus efficace, c'est encore de lire ce formidable polar avec tout ce qui fait que Harry Bosch est un personnage à part dans l'univers du noir, de l'action, du suspense, de l'intime. Dans la ville en feu ravira les aficionados et donnera certainement envie aux néophytes de poursuivre la découverte du monde urbain et cynique où évolue le héros. Sans hésiter, cinq étoiles au Michelin du roman policier !

    La suite de la chronique et la musique du livre sur Quatre Sans Quatre http://quatresansquatre.com/article/chronique-livre-dans-la-ville-en-feu-de-michael-connelly-1426437188


  • 6 mars 2015

    Harry Bosch sort du placard !

    Harry Bosch frôle la soixantaine, il a signé un dernier contrat retardant son départ en retraite. Un répit dont Michael Connelly profite pour lâcher la bride au célèbre inspecteur de la brigade criminelle de Los Angeles. Pour sa dix-neuvième enquête, " Dans la ville en feu " (25ème roman de l'auteur), le voici placardisé dans un service d'affaires non résolues. Mauvais calcul de sa hiérarchie qui rêve d'éjecter cet éternel indocile : Bosch a toujours faim. Il hérite d'un dossier dans lequel il va mordre comme un Bleu en quête de galons...

    La ville évoquée dans le titre français, c'est Los Angeles en proie aux émeutes à la suite de l'acquittement, en mars 1992, de quatre policiers ayant tabassé un automobiliste arrêté en état d'ivresse. La fameuse affaire Rodney King. A l'époque, chargé de patrouiller pour ramasser les victimes du chaos, Bosch et son équipier étaient tombés sur le corps d'une photojournaliste danoise, abattue dans une ruelle sombre. Vingt ans plus tard, un chef zélé rouvre l'enquête avec des arrière-pensées politiques dont l'inspecteur du LAPD fait peu de cas.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u