L'incertitude de l'aube

Sophie Van der Linden

Buchet-Chastel

  • par (Librairie L'Armitière)
    11 octobre 2014

    Une journée particulière

    Un livre sur l'enfance et son imaginaire. Attention, c'est assez dur ! L'histoire se passe le jour de Fête de la Rentrée, à Beslan. Anushka ne le sait pas encore mais elle va être l'otage de terroristes tchétchènes...

    Un roman d'une grande force narrative qui évite les pièges du sensationnalisme et de l'horreur. Pas de longue description de la prise d'otage, tout ici est suggéré. Le lecteur suit plutôt les divagations de la petite fille. Une belle écriture et beaucoup de finesse.
    J'avais déjà beaucoup aimé le précédent roman de cet auteur, "La fabrique du monde" et je ne suis pas déçue par celui-ci. Un de mes gros coups de coeur de la rentrée littéraire!


  • 6 octobre 2014

    Doux et Tranchant...

    L'incertitude de l'aube c'est le récit, effroyable, d'une prise d'otage dans une école. Par les yeux d'une petite fille, nous découvrons la peur, le calvaire, l'incompréhension. On est suspendu à ses pensées, à chaque page, que l'on découvre ce qu'elle voit, ce qu'elle ressent, ou bien que l'on plonge dans ses souvenirs.

    Anushka se rend à la fête de l'école avec son grand père et sa meilleure amie, mais une fois arrivée à l'école, les choses se bousculent, et sans qu'elle comprenne bien comment, elle est séparée de son grand-père et se retrouve dans le gymnase avec des dizaines d'autres écoliers et leurs parents. Nous n'en aurons la certitude qu'à la fin du livre, mais il s'agit d'un récit fictif de la prise d'otages de 2004 à Beslan, en Russie.

    Ce récit, embrouillé comme peuvent l'être les pensées des enfants, touche et angoisse. Anushka, par ses pensées, ses rêves, s'évade de cet enfer, et nous entraine dans un monde de souvenirs et d'imagination. La seule façon de supporter l'horreur.

    Sophie Van Der Linden, je la connais bien, non pas pour ces romans adultes mais pour son travail de recherche en littérature jeunesse, et c'est ce petit plus qui m'a beaucoup plu dans ce roman, puisqu'elle dévoile de nombreux classiques de la littérature de jeunesse russe dans les pensées de sa petite héroïne. L'occasion de découvrir ou redécouvrir de nombreux extraits, qui donnent envie de se (re)plonger dans les contes et comptines russes...

    Le texte est très beau, il nous montre toute la douleur et tout l'espoir, nous amenant à vivre des heures angoissantes en compagnie d'Anushka. Et ce récit reste réaliste, s'appuyant sur les faits. Un récit d'enfant pour un roman adulte, dont les mots sonnent justes, presque trop.

    Un beau texte de cette rentrée littéraire !


  • 15 septembre 2014

    Rêver, la seule issue

    Le 3 septembre 2004, la prise d’otages de l’école de Beslan en Ossétie du Nord (fédération de Russie) fait 344 victimes, dont 186 enfants. Pendant trois jours, hommes, femmes et enfants sont parqués dans un gymnase, retenus de force par des terroristes séparatistes tchétchènes, sans eau ni nourriture. C’est précisément sur cet événement que Sophie Van der Linden, spécialiste de la littérature pour la jeunesse, a choisi de se pencher. C’est à travers les yeux de la petite Anushka, à travers ses souvenirs, ses rêves, ses chants et ses poèmes, qu’elle parvient à exprimer l’inexprimable.

    Paradoxalement, ce 1er septembre est source de joie pour la fillette : c’est la fête de la rentrée. Elle a hâte de retrouver les bancs de bois et surtout sa meilleure amie, Miléna. Sur le chemin qui les mène à l’école, les fillettes courent, sautillent, s’envolent, presque. Loin derrière elles, le grand-père marche péniblement. Mais à peine entrée dans la cour, Anushka est séparée de lui, et conduite dans un gymnase avec les autres. Cette entrée en matière signe le début du cauchemar. Pendant trois jours,

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Librairie Dialogues)
    31 août 2014

    Coup de coeur Rentrée littéraire 2014

    Personne n'a oublié la prise d'otage de Boslan dans une école, qui se
    déroula du 1er au 3 septembre 2004 et se termina dans un bain de sang.
    Sophie Van der Linden prend le risque de nous faire revivre cette page
    sordide de notre histoire proche à travers les yeux d'une jeune enfant
    et y excelle. Un roman poétique et grave, parsemé de belles références
    à la littérature russe pour enfants (Châtaigne, Baba Yaga), et de
    personnages magnifiques. De toute beauté.


  • par (Tirloy)
    22 août 2014

    Magie de la poésie...

    Qui aurait pu dire que d'un événement aussi horrible que cette tuerie à l'école de Beslan en 2004, un tel livre puisse être écrit ? Comment métamorphoser l'horreur en des mots aussi poétiques, aussi touchants...? au point que la petite Anushka reste en nos coeurs. Sa poésie continue de fredonner, tel le ballet des mots en ces pages.
    Merci Sophie Van der Linden. Vous m'aviez déjà interpellée avec "La fabrique du monde", là vous me sublimez...