La Croix des pauvres

La Croix des pauvres

Pierre Davy

Nathan

  • 31 janvier 2012

    Juste sympa...

    C’est fluide, ça se lit bien, mais pourtant on le pose et le quitte sans regret…
    L’histoire d’un jeune serf qui se rebelle et fuyant les terres du seigneur se retrouve mêlé à une croisade. Ce roman offre un bon aperçu de la vie au moyen-âge et particulièrement des différents aspects et motivations des croisades…
    C’est dommage qu’il manque une vraie histoire. Ça sent l’ouvrage pédagogique à plein nez : Ecrit pour être exploité en classe, mais pas pour le plaisir pur.


  • Un périple plus qu'intéressant

    Le récit que nous propose ici Pierre Davy s’évertue à faire connaitre le monde des croisades, plus spécifiquement la croisade des pauvres comme le précise l’auteur à la fin de son ouvrage. Ce roman m’a beaucoup intéressée car je ne connaissais rien de cette croisade composée de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ayant répondu à l’appel du Pape. Les conditions du voyage sont très bien décrites et permettent au lecteur de visualiser sans mal ce que subissent et font subir les croisés. En effet, ces personnes entreprennent un long et difficile pèlerinage dans des conditions peu enviables. Mais il ne faut pas oublier – et l’auteur, habilement, nous le rappelle – qu’ils tuent et pillent sur leur passage et obligent des villes à épuiser leurs ressources pour répondre à leurs besoins sans réelle contrepartie. Le livre est donc une mine d’informations, on a le plaisir de la lecture tout en apprenant.


    L’histoire est servie par des personnages de fictions très réussis. Je pense avant tout à Mathieu qui à travers sa quête d’identité est touchant. Lui qui était serf avant de s’enfuir ne sait pas où est sa place et ne cesse de la chercher. Les questions qu’il se pose sur lui-même ou sur le monde qui l’entoure sont loin d’être bêtes et font réfléchir le lecteur. La jeune fille qu’il a surnommée Madeleine m’a un peu agacée par moments, mais la relation qu’ils entretiennent est attendrissante. Les personnages secondaires qui l’accompagnent tout au long de son périple sont loin d’être en reste et ajoutent chacun un petit plus au roman.

    C’est – je pense – la première fois que je lis une telle plume. Les pages se tournent sans peine, et les termes un peu difficiles ou peu utilisés sont expliqués implicitement dans la suite du texte. Je trouve cela très intelligent et surtout instructif pour le lecteur. Car personnellement j’arrive mieux à m’en souvenir que si j’avais simplement lu la définition dans un dictionnaire.

    En conclusion, un récit que je vous recommande chaudement que vous soyez petit ou grand. Ce roman se dévore en quelques heures tant il est intéressant. J’ai hâte de pouvoir en lire la suite, L’épée des puissants, pour connaitre le sort des personnages auxquels je me suis attachée sans mal.