L'invisible

L'invisible

Robert Pobi

Sonatine éditions

  • par (Librairie La Galerne)
    22 mai 2013

    Une vraie réussite

    Un thriller époustouflant. Jack Cole, un agent du FBI au passé trouble doit enquêter sur un crime sordide. Il rentre en Nouvelle-Angleterre où son père, un peintre internationalement reconnu, est atteint de la maladie d’Alzheimer. L’atmosphère est glauque, l’ambiance est lourde, accentuée par l’arrivée d’un ouragan dévastateur. Une vraie réussite car le final est parfaitement imprévisible. Après ça, toute autre lecture vous paraîtra bien fade !


  • 12 février 2013

    Écorché vif

    Il y a des éditeurs qui ont du nez. D'ailleurs, ceux qui n'en ont pas devraient changer de métier tout de suite. Arnaud Hofmacher lui fait partie des chiens truffiers, de ceux qu'on lâche à la foire de Francfort ou ailleurs et qui en rapportent des trésors. Preuves en sont ces deux titres qui ont paru à peu près en même temps chez les deux éditeurs avec lesquels il collabore: « L’Invisible » de Robert Pobi pour Sonatine et « L’interprétation des rêves » de Wulf Dorn pour le Cherche Midi. Pas très étonnant dès lors que ces deux romans présentent de nombreuses similitudes, aussi bien dans leur construction, que dans leur atmosphère ou leur dénouement. Ils appartiennent à la famille des « polars psychiatriques », dans lesquels les héros sont borderline, la raison côtoie la folie, et la nature joue un rôle prépondérant dans la violence qui se déchaîne tout au long de l’intrigue. Dans « L’Invisible », l’ouragan sert de toile de fond aux actes de folie d’un tueur en série qui écorche ses victimes. Lorsque Jake Cole revient dans la petite ville de son enfance, après une longue absence, il se retrouve confronté à son passé : le meurtrier qui sévit aujourd’hui est-il le même que celui qui avait assassiné sa mère il y a des années ? Dans « L’interprétation des peurs », la psychiatre Ellen Roth croit devenir folle lorsque sa patiente, traumatisée et couverte d’échymoses, disparaît. Et quand elle demande de l’aide pour la retrouver, elle réalise que personne, sauf elle, ne l’a rencontrée. Tout le monde pense qu’elle divague… Quant à la chute, c’est peut-être là que les deux livres se ressemblent le plus, grâce à une surprise du chef à laquelle on ne s’attendait vraiment pas.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Librairie La Galerne)
    26 septembre 2012

    Cruauté et atmosphère électrique garanties pour ce polar très ingénieux et subtil où l'on est mené en bateau d'un bout à l'autre du roman. Avec bonheur of course ! Tout simplement génial !


  • par (Librairie L'Armitière)
    25 septembre 2012

    Un suspense sous tension!

    Formidable polar qui ravira les amateurs de suspens sous tension ainsi que d'énigmes psychologiques. A lire absolument!


  • par (Librairie Ravy)
    26 mai 2012

    Jake Cole met sa mémoire photographique au service du FBI. De passage dans sa ville natale il est confronté à une série de meurtres qui le ramène à son enfance et à la mort de sa mère. Dans le même temps une terrible tornade avance droit sur la ville. Robert Pobi réussi parfaitement à clouer le lecteur en faisant un parallèle entre l'évolution de l'enquête et la tornade ce qui crée une ambiance électrisante!


  • Epoustouflant !

    L’invisible est le premier roman de Robert Pobi et c’est une véritable réussite ! Cette histoire m’a littéralement retournée ! J’ai pris une grosse claque comme lorsque j’avais lu: Robe de marié de Pierre Lemaitre, Shutter Island de Dennis Lehane, ou encore Sukkwan Island de David Vann. L’invisible rejoint cette liste de romans totalement surprenants.

    Il faut avoir le cœur bien accroché pour lire ce livre. L’auteur décrit dans les moindres détails les corps mutilés des victimes et cela m’a mis très mal à l’aise. J’ai souvent lu des thriller, mais celui ci est particulièrement éprouvant..

    Jack est un personnage qu’on apprécie d’emblée. Il est un peu un Sherlock Holmes ex-junkie et torturé, capable d’analyser une scène de crime au premier regard. Son passé est obscur. Il est en conflit avec son père, un très célèbre peintre qui a côtoyé les plus grands artistes comme Picasso. Jack est contraint de retourner dans la maison dans laquelle il a grandi car son père a fait une crise de démence et s’est brûlé les mains. Dans son atelier, il va trouver des milliers de toiles représentant toujours le profil du même homme..

    Il faut découvrir ce roman par soi-même, car il est si étonnant ! Je ne veux pas vous en dire davantage, mais sachez que les révélations qui sont faites au cours de l’histoire sont stupéfiantes. Robert Pobi nous mène par le bout du nez et j’adore ça !

    Au final, j’ai énormément apprécié ce thriller, et il va me hanter pendant un bon moment..