• 25 novembre 2012

    amour, Japon, rêve, secte

    J'ai préféré ce tome à cause d'Ushikawa, l'enquêteur. (On ne se refait pas...). Même si son enquête n'apporte pas grand chose de nouveau et qu'il finit bien mal en point.

    La fin m'a déçue, en revanche : trop conventionnelle.

    J'ai retrouvé, dans ce tome-ci plus que dans les précédents, l'univers de l'auteur. Celui de mon roman préféré "Kafka sur le rivage" qui me l'avait fait découvrir. La présence des chats et le monde parallèle dans lequel on peut entrer et sortir.

    Le sujet de la secte m'a moins intéressé ; la violence faite aux femmes ets moins présente dans ce dernier volume.

    A la fin de la lecture, une interview intéressante de la traductrice.

    L'image que je retiendrai :

    Celle d'Aomamé remontant l'échelle de l'autoroute.

    http://motamots.canalblog.com/archives/2012/11/05/25469069.html


  • 2 mars 2012

    Enfin, je l’ai lu ! L’interminable attente après le livre 1 et le livre 2 ont pris fin. Si vous ne les avez pas encore eus entre les mains, il est préférable d’aller directement au dernier paragraphe…

    Rappelez-vous, le livre 2 s’achevait sur la mort du leader des Précurseurs, tué par Aomamé et le père de Tengo était malade. Dans ce dernier volet, un troisième personnage intervient dans la narration et dans l’histoire : Ushikama. Cet ancien avocat devenu déctective privé doit découvrir qui a tué le leader des Précurseurs. Au sein de la secte, la mort du Leader a été cachée. Aomamé vit toujours recluse dans son appartement d’où elle a aperçu Tengo. Aomamé va-elle suivre les conseils du Leader ? Tengo et Aomamé vont-ils se retrouver ? Et si oui dans quel monde ? Ne comptez pas sur moi pour vous le dire !


    Si J’ai trouvé les 150 premières pages un peu lentes avec des répétitions, le reste s’enchaîne vite.Par rapport aux deux tomes précédents, le style est moins poétique, plus direct. Et il y a une nouveauté: l’humour via le personnage Ushikama ainsi que des références littéraires comme à Proust. Si dans les précédents livres, l’attention était également portée sur Fukari, ici elle est moindre.
    Entre des chasses-croisés improbables et Aomamé qui s’aperçoit d’un événement majeur, je ne me suis pas ennuyée ! Tout en espérant une fin heureuse ( la romantique qui sommeille en moi s'était réveillée), les pages se sont vite tournées !

    Avec ce troisième livre, la boucle est bouclée (formule qui veut tout dire quand on l’a lu) et 1Q84 est une œuvre formidable ! Ma préférence va cependant au livre1.