Le matin où j'aurais dû mourir

Semezdin MEHMEDINOVIC

Bruit du monde

  • par (La librairie des Halles)
    12 mai 2022

    Le Bruit du monde, maison d'édition nouvelle, fait entendre une rumeur qui nous plaît infiniment. En effet, croisant littérature et sciences humaines, ses premiers choix éditoriaux revendiquent une vraie et belle singularité. Parmi ceux-ci, Le matin où j'aurais dû mourir, le beau texte du Bosniaque Semezdin Mehmedinovic, bouleverse par son humanité et sa justesse. L'écrivain et sa famille ont fui Sarajevo en état de siège au début des années 90 pour s'installer aux États-Unis. Pour le poète, l'exil durera une vingtaine d'années dans un pays et une langue dans lesquels il réside en étranger. C'est cette expérience, par le corps, par les mots, par le souvenir que restitue Semezdin Mehmedinovic dans ce récit en trois parties où il sera question de l'expérience de la maladie, de la relation père-fils ou de l'amour inconditionnel d'un homme pour son épouse affaiblie. En autant de pages sublimes, où l'humour le dispute à l'émotion, dans la mise à nu comme dans la pudeur, Semezdin Mehmedinovic excelle à dire la nostalgie de l'exilé, la mémoire impossible, la fragilité de l'existence, la tendresse pour conjurer la faiblesse des corps et des âmes en souffrance. En portant à la connaissance du lecteur français cet auteur et cette oeuvre virtuose, Le Bruit du Monde s'impose d'emblée comme un passeur inspiré et inspirant.

    Sébastien