Baiser ou faire des films

Baiser ou faire des films

Chris Kraus

Belfond

  • par (Librairie La Galerne)
    9 février 2021

    Un roman jubilatoire

    Fin des années 1990. Jonas, un jeune étudiant berlinois en cinéma, est envoyé à New York pour y réaliser un film sur le sexe ; l’occasion de revoir sa « Tante » Paula qui a des révélations à lui faire sur son grand-père, un ancien SS. Après La fabrique des salauds, Chris Kraus aborde encore la question du lourd passé familial nazi, mais Baiser ou faire des films est aussi une plongée dans le milieu artistique new-yorkais. Écrit sous la forme d’un journal, ce roman aussi touchant que drôle est jubilatoire !


  • par (Librairie L'Armitière)
    8 février 2021

    Parce qu'il doit tourner un film sur le sexe et non pas - je cite - "un film à la con sur les nazis", Jonas Rosen, jeune étudiant berlinois en cinéma se retrouve fraîchement débarqué à New-York. De rencontres en rencontres, il devra se rendre à l'évidence : les choses pourraient ne pas se passer comme prévu (et comme Jonas n'avait rien de particulièrement prévu, finalement, cela fait sens).

    Sous forme de carnets posthumes publiés par la fille du narrateur, "Baiser ou faire des films" est un roman féroce(ment) drôle, et pourtant son sujet pourrait ne pas l'être: on y parle maladie, on y parle Shoah, on y parle choix de vie,... De personnages improbables en situations ubuesques, ces tribulations new-yorkaises dans les années 90 sont un hommage à la génération Beatnik autant qu'une plongée truculente dans les déboires de Jonas Rosen.

    Au fait, saviez-vous qu'à New-York vivent des sirènes ? Jonas, lui, oui. Même qu'elles portent un nom : Nele, et qu'elles peuvent changer le cours d'une vie.

    Ce livre n'est pas ce qu'on attend de lui, et c'est précisément ce qui en fait toute la saveur. A lire sans modération aucune.


  • par (Librairies de Port Maria)
    31 janvier 2021

    Amateurs de sexe, ne vous fiez pas au titre; il n'est qu'un prétexte !
    New York 1990
    Ces journaux intimes relatent comment Jonas Rosen (30 ans), sous le couvert d'un projet artistique jonché de rencontres singulières, rejoint "à reculons" sa tante, dernier témoignage d'un passé familial nazi.
    Pour ce faire, l'auteur nous livre un texte léger, drôle parfois irrésistible, en équilibre avec un récit poignant d'une empreinte historique déshonorante.