L'étrange vallée

L'étrange vallée

Wiener anna

Globe

  • par (Librairie L'Armitière)
    8 février 2021

    Lorsqu'elle met un pied dans l'industrie de la Tech', Anna Wiener a 25 ans, elle réside à New-York et vivote de son métier-passion dans l'édition. De part son métier et sa personnalité, elle est sensible à l'Art, aux arts, et présente un certain goût pour l'auto-humiliation (qui se traduit chez elle par un manque d'ambition). C'est tout du moins ainsi qu'Anne Wiener se présente dans son récit.

    Un peu par hasard, un peu par appât du gain et aussi mue par la curiosité, elle postule un jour dans ce qui sera son premier travail dans les industries des nouvelles technologies.

    Direction San Francisco, ville de tous les possibles, où l'on parle capital-risque comme on discuterait de la pluie et du beau temps, où travailler dans des open space que l'on parcourt en wave-board est la norme, où les licornes existent vraiment (et ne se réfèrent pas à ce que l'on croit), où gagner un salaire à six chiffres pour travailler depuis chez soi en pyjama ne semble pas bien compliqué,...Trop beau pour être vrai ?

    Et quel est le revers de la médaille ? Course effrénée pour gagner toujours plus, être racheté par plus gros, devenir millionnaire avant la trentaine, rester dans l'entre-soi tout en influençant le reste du monde : quand tout est rendu possible par l'argent, que reste-t-il de la valeur humaine ?

    Dans ce récit, nous est également fait le pendant de la réflexion sur la mixité au sein de la vallée de la Tech, l'essentiel des personnes qui en sont les plus grands acteurs étant des hommes blancs qui restent dans l'entre soi, mais aussi la question du traitement de l'information (et de l'accaparement de nos données par ce qu'on appelle la Big Data), de l'influence de ces start up sur la sphère politique et médiatique, de l'impact social et urbanistique de ces dernières sur la ville même de San Francisco.

    Bien sûr, il ne s'agit pas d'un essai, donc cela reste l'expérience sensible d'Anna Wiener. Même si l'on peut noter un certain manque de cohérence parfois entre les chapitres, ce récit vaut la lecture parce qu'il est éclaire la montée en puissance des industries des nouvelles technologies de la Silicon Valley, juste avant l'arrivée de Trump au pouvoir. Il nous dépeint des hommes et des femmes pétris d'ambition, d'idéaux, d'objectifs chiffrés, d'un "way of life" (mode de vie) qui bousculent tous les standards d'Anna Wiener, et très certainement, de la grande majorité de la population mondiale.

    Il permet également de réfléchir à cette dichotomie apparente entre le monde ultra-connecté et aseptisé des "apps" face à celui sensible des arts.

    A l'heure où le monde de la culture est en souffrance, ce regard porté au travers de "L'étrange vallée", même s'il est antérieur à cette crise sanitaire, n'en reste pas moins des plus intéressants et entre en résonnance avec ce que l'on vit.