Justice indienne

Justice indienne

Wanbli Weiden, David Heska

Éditions Gallmeister

  • par (Au moulin des Lettres)
    7 janvier 2021

    Un très beau roman sur le sort des Amérindiens aujourd'hui

    Ce premier roman de Heska Wanbli Weiden nous ouvre tout grand les portes de la réserve indienne du Dakota du Sud, Rosebud, où vivent les Indiens Lakotas, véritable nom des Sioux. Entre pauvreté, chômage et alcoolisme, les hommes de la réserve ne sont pas au meilleur de leur forme. Parmi eux, Virgil Wounded Horse essaye de s’en sortir en proposant ses services comme « homme de main » : il s’occupe de venger des familles volées ou des femmes battues. Son maigre salaire arrive à les faire vivre lui et son neveu de 14 ans, Nathan, dont il est le tuteur depuis la mort tragique de la mère du garçon.
    Aux côtés de Virgil on découvre d’autres personnages bien campés qui tentent de faire changer les mentalités et les habitudes, ainsi Marie, ex petite amie de Virgil, est-elle d’une honnêteté sans faille. Elle essaye également de maintenir les traditions de leur peuple vivaces et se bat pour que les familles les plus démunies aient accès à une nourriture correcte.
    Quand un cartel mexicain essaye d’introduire de l’héroïne presque pure auprès des jeunes lycéens de la réserve, Nathan en étant l’une des victimes, Virgil se lance sur la piste de celui qui a introduit le cartel dans la réserve et lui promet un sale quart d’heure. Mais ceux qui tirent les ficelles ne sont pas toujours ceux que l’on croit...
    Heska Wanbli Weiden réalise une plongée dans le quotidien des Indiens de la réserve, qui entre modernité et traditions, cherchent à survivre et à conserver leur dignité avec le peu qu’ils leur restent. Les rituels sont dépeints le plus justement possible afin de nous faire découvrir cet aspect de leur vie. Si l’intrigue semble assez banale, les personnages sont vraisemblables et les descriptions de leurs conditions de vie réalistes. Le suspens est fort bien mené pour ce roman qui frise le noir et la tension finale est totalement réussie. Si j’émets un petit bémol pour la traduction, « Justice indienne » reste un excellent roman et un beau coup de coeur pour bien commencer l’année !