Salina, Les trois exils

Salina, Les trois exils

Laurent Gaudé

Actes Sud

  • par (L'Autre Monde)
    12 mars 2021

    Un souffle africain

    Laissez-vous transporter par ce texte dont les mots semblent soufflés par un vent africain !
    Ici, c’est le destin tragique d’une femme que nous fait revivre Laurent Gaudé. En merveilleux conteur qu’il est, il nous embarque avec ses personnages pour un voyage au cœur de la violence perpétrée par les hommes.
    Un live, comme un souvenir pour rappeler la mémoire des défunts… qui se lit comme un chant d’espoir.

    Isabelle


  • 23 janvier 2021

    Qu'attendez-vous ?

    Bien que la dernière page de Salina soit tournée, sa souffrance, sa rage, sa passion me font encore frissonner. Poser ce roman et le laisser s'en aller sur d'autres eaux est une peine, tant la vie de Salina a été intense, et une satisfaction, car cette vie a été à son zénith.
    L'honnêteté m'appelle à confesser que la couverture, hypnotisante, est la raison pour laquelle j'ai saisi ce livre en premier lieu. Maintenant que j'ai refermé le livre, cette photographie de Kimiko Yoshida me paraît autant faire partie de l'objet littéraire que l'œuvre elle-même.
    Que dire de Salina que son dernier fils, Malaka, n'aura pas déjà raconté ? Salina, la fille née du désert, exilée dans le désert et dont le sable aura bu les larmes et la colère. Salina, abandonnée enfant, violentée et chassée. Salina, qui eut trois enfants, celui de la haine et de la violence, celui de la vengeance et celui de la vie et de l'amour, comme trois étapes à franchir.
    Ce n'est pas un livre très long mais chaque mot est juste, calibré. Je n'arrive pas totalement à situer ce livre. Ce que je sais, c'est qu'il baigne dans une nappe d'un brouillard mythique, voire mystique. Les sentiments de Salina sont décrits avec une chaleur et une force qui transportent celui qui écoute l'histoire. Elle pourrait être un personnage mythologique, femme-déesse de rancœur et conciliation. Sans concession, sans faiblir, sans crainte, Salina est un des personnages forts comme on en rencontre dans les contes et légendes d'un autre temps.
    Le personnage qui traverse l'histoire, parce qu'il la raconte, m'a tout autant plu : Malaka. Ce troisième fils, cette ultime chance de Salina de trouver une raison de survivre aux exils, au désert et au rejet, est celui qui l'accompagne jusqu'à la fin. Malaka est celui qui permet à cette femme brisée de revivre, d'aller au bout de ses forces et de reposer là où peu peuvent reposer.
    En perpétuant son histoire, en la contant à ses auditeurs, et donc à nous, lecteurs, à Salina, Malaka a offert l'éternité.


  • par (Librairie Athenaeum)
    18 novembre 2020

    Conseillé par Marie-Blanche

    L'histoire de Salina, la femme aux trois exils, nous est racontée par son dernier fils et c'est tout un univers complexe et lumineux qui nous est livré au fil des pages.
    Salina, héroïne sublime, forte et fragile, est toutes les femmes, toutes les amoureuses, toutes les filles, toutes les mères et leurs combats; et ses exils sont tous les exils et leurs douleurs et leurs conquêtes.
    Le territoire en est imaginaire et le propos atemporel .
    Tragédie grecque, épopée africaine, récit mythologique ...
    Ce livre éblouissant est un chant puissamment rythmé et pénétrant qui nous traverse au physique et au mental, nous bouscule, nous questionne et ses images résonnent en nous à jamais aujourd'hui et maintenant .


  • par (Librairie Dialogues)
    14 novembre 2020

    Un roman proche d'un chant incantatoire. Puissant, vibrant et poétique.
    Je ne dirai qu'un mot : lisez-le !


  • par (le Carnet à spirales)
    5 novembre 2020

    A l'origine, Salina était une pièce écrite par Laurent Gaudé. L'auteur s'est réapproprié sa propre oeuvre et l'a remodelée en un texte magnifique, à mi-chemin entre la fable africaine et la tragédie antique, qui fait écho au puissant roman "La mort du roi Tsongor". Une histoire captivante et déchirante.


  • par (Librairie Dialogues)
    13 octobre 2020

    Une nuit pour l'éternité

    Une nuit, peut-être deux ou trois, c'est le temps qu'a un fils pour offrir à des inconnus le récit de celle qui fut sa mère. Une vie d'exils, de colère et d'amour, une vie de blessures et d'émotions. Entre les pleurs du nourrisson abandonné dans la fournaise et ceux de l'homme qui accompagne sa mère pour un dernier voyage, il y aura probablement les vôtres, les nôtres et, le souffle court, la nuit pourra finir.