Thésée, sa vie nouvelle

Thésée, sa vie nouvelle

Camille de Toledo

Verdier

  • par (Le Bateau Livre)
    4 janvier 2021

    Incroyable, puissant !

    Suite au suicide de son frère qui décime toute sa famille, une question se met à brûler les lèvres de Thésée :
    QUI COMMET LE MEURTRE D'UN HOMME QUI SE TUE ?
    Plongée fascinante dans les tréfonds d'une histoire familiale, aux airs de prophétie maudite, sous la plume époustouflante d'un Camille de Toledo assurément grand écrivain.

    Incroyable lecture !


  • par (Librairie Espace-Temps)
    10 décembre 2020

    Une destinée familiale

    Pour s'écarter d'une lignée familiale d'hommes qui se sont donnés la mort, le narrateur juif part avec ses enfants à l'Est, à Berlin. Thésée a cru à la rédemption, mais les souvenirs reviennent et il ouvre les 3 cartons d'archives familiales qu'il avait emportés et lettres et photos émaillent le livre. Nous comprenons la destinée de cette famille immigrée de Turquie. Les traumas traversent les générations ; cela a donné une science, l'épigénétique.
    Longue et belle mélopée, poème lyrique à découvrir !


  • par (Les Saisons)
    30 novembre 2020

    La lecture de ce livre sombre ouvre paradoxalement sur une grande lumière et un très vif espoir.
    Sublime !


  • par (Librairie Dialogues)
    12 novembre 2020

    Thésée veut fuir une histoire familiale marquée par la mort. Mais elle se rappelle à lui, l'impossibilité de l'oubli sans l'avoir confrontée à ses questionnements. Faire des pertes, des cartes pour affronter sa vie. Un livre magnifique, bouleversant, qui interroge le lecteur au plus profond de son être.


  • par (La Vie devant soi)
    31 octobre 2020

    Traverser la peine

    Nos deuils sont corps et langage parfois nous croyons qu'en mettant entre eux et nous des "fleuves, des frontières, des forêts" ils seront oublie. Mais oublier n'est pas guérir, n'est pas soigner, n'est pas reconstruire.
    C'est ce que Thésée croit pourtant quand il part, lui, le " frère restant" pour Berlin tenter d'oublier la mort du frère, du père de la mère.
    C'est ce que Thésée croit en arrivant dans ce pays qui pourrait leur servir à tous de tombeau.
    Et pendant 13 ans Thésée va tenter d'être ce père, ce frère, cet homme-mère et d'aimer son foyer.
    Mais, 13 ans après la fuite, le voilà bouleversé et aculé à sa peine Thésée, avec son corps qui chute et toute la peine qui parle à travers la douleur.
    Mais Thésée va choisir de vivre et tenter de faire le chemin vers les souvenirs, s'autoriser cette quête des origines, accepter la genèse de certains jours heureux, même morcellés.
    Et quand Thésée se souvient le narrateur se déploie pour devenir ce JE aussi pur et douloureux et blessé et beau et bancal et terrifié que la mémoire, que le secret que le silence qu'il tente de conjurer.
    Et Thésée raconte : l'histoire de son enfance, l'histoire de sa famille, la généalogie des traumas, de ce qui s' est transmis pour que fils et mère naissent et meurent à des années d'écart à la même date, et que celui qui reste fasse le chemin, tire le file de la fragilité, et pour que celui qui survive raconte cette histoire.
    Ce livre est aussi une réflexion politique : qu'a sacrifié à ses enfants la génération des trentes glorieuses et des baby-boomers ? Que nous a laissé ce capitalisme à visage humain si ce n'est une planète détruite ?
    Ce livre dit aussi et surtout la fragilité des hommes. C'est un livre puissant, lyrique et universel qui accorde la place aux souvenirs, au désir de renouer avec l'enfance : celle de la liberté, des corps libres, des corps d'enfants dans la nature tout ces souvenir que la mémoire a laissé intacte et qu'il faut accepter d'aimer.
    En ce livre, chacun trouvera un écho à ses propres deuils, à ses propres angoisses, à ses douleurs, à l'histoire de son corps, à sa mémoire et aux genèses qu'il porte en lui...
    L'écriture, comme toujours chez Camille de Toledo est lyrique, poétique, intense. Psalmodiée et envoûtante.
    Universelle et ancestrale.
    Elle est un refuge, un bouleversement, un lieu où reposer ses peurs, ses tristesses, ses doutes, sa fragilité et au final sa joie."


  • par (Point de côté)
    31 octobre 2020

    Un grand livre

    Qui commet le meurtre d'un homme qui se tue, interroge Thésée après le suicide de son frère. C'est une immersion plutôt qu'un récit familial, d'une précision et d'une élégance à couper le souffle.
    Céline


  • par (Librairie La Galerne)
    27 octobre 2020

    Un très, très grand livre

    Après le suicide de son frère puis la mort de ses parents, Thésée fuit vers l’est pour une vie nouvelle. Un jour, son corps le lâche. Sans réponse de la médecine « moderne », cette situation pousse Thésée à chercher dans un passé familial enfoui depuis plusieurs générations. Camille de Toledo enquête ici sur les non-dits familiaux, leurs conséquences à travers le temps et aborde la question du « corps-mémoire ». Une lecture passionnante, inoubliable, d’une beauté époustouflante. Un très, très grand livre.


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    9 septembre 2020

    Thésée, sa nouvelle vie,Camille de Toledo, Verdier
    Comment donner un sens au geste suicidaire de son frère, comment survivre quand père et mère disparaissent à leur tour. C'est un effondrement total qui saisit le narrateur. Camille de Toledo jette ses dernières forces dans la fuite hors de Paris, « la ville de l'Ouest » pour prendre racine ailleurs, échapper aux ombres familiales. Mais même « la ville de l'Est », Berlin, ne le sauve pas et c'est en exhumant d'un vieux carton les mémoires de son arrière-grand-père, en remontant aux sources du malheur qu'il déplie les couches de mémoires enfouies, cachées mais insidieusement charriées à chaque génération. L'acte tragique a une histoire, il est assume la part de défaite, d'exil dont personne n'a voulu et à laquelle on a substitué l'exigence castratrice du silence et la belle histoire de la force.
    Camille de Toledo offre un récit bouleversant sur l'envers de la réussite, sur la rupture radicale, celle du frère et le possible retour au monde, la tentative personnelle de l'auteur après un long détour.


  • par (La librairie des Halles)
    1 septembre 2020

    Accablé par des deuils successifs, Thésée fuit son pays et son passé pour recommencer sa vie avec ses enfants dans une grande capitale de l'Est. Il emporte avec lui trois cartons renfermant l'histoire de sa famille. Autant de boites de Pandore qui seront autant de portes vers le royaume des Morts.
    Un texte bouleversant sur le deuil, l'identité et la mémoire. Une longue prière adressée aux siens, broyés par l'Histoire, par le déni et par les passions.
    C'est une leçon de ténèbres déchirante, on atteint ici au sublime.
    Un grand auteur et un grand éditeur !