La femme révélée

La femme révélée

Gaëlle Nohant

Grasset

  • par (Fontaine Kléber)
    21 janvier 2020

    Paris,1950. Eliza se cache dans un hôtel minable sous le nom de Violet, elle a fui les Etats-Unis et un mari violent en laissant leur fils. Seule dans la capitale et armée d'un appareil photo, elle arpente la ville et prend plaisir à vagabonder dans ce qui n'était que des villages à la périphérie comme Ménilmontant. Elle y noue des amitiés et avec ce que Paris compte de marginaux et de personnages pittoresques et se laisse traverser par une passion dévorante. Bientôt reconnue comme une artiste sachant capturer la lumière et la beauté d'un instant volé, Eliza voit se profiler bien des années après un retour possible à New-York après 20 ans d'exil forcé.
    Quel avenir pour elle dans un pays où on l'a fait passer pour morte?
    Un roman savoureux plein de charme qui nous fait revivre le Paris d'après-guerre en pleine reconstruction.


  • par (Librairie Espace-Temps)
    18 janvier 2020

    AMBIANCE DES ANNES 50 A PARIS ET CHICAGO


    1950 : Eliza Donelley qui vit à Chicago disparaît sous l'identité de Violet Lee à Paris en laissant son mari et son fils de 8 ans ; Elle refait sa vie avec son appareil photo, un Rolleiflex qu'elle ne lâche pas. Elle fréquente les clubs de jazz de St Germain des prés ou nous sommes baignés dans cette ambiance inimitable ! On apprend petit à petit les raisons de son départ. Elle rencontre Sam, un compatriote dont elle tombe amoureuse mais elle n'est pa au bout de ses aventures, loin de là ! Roman addictif et prenant !


  • par (Librairie Madison)
    6 janvier 2020

    Un portrait de femme sublime

    1950, Eliza Donneley quitte Chicago, sa famille, son petit garçon de huit ans et une position sociale très enviable pour échapper à son mari.
    Exilée à Paris, elle devient Violet Lee, trouve refuge dans une pension de jeunes filles et vit dans la précarité. Rongée par la culpabilité d’avoir abandonné son fils, elle observe Paris avec passion, des trottoirs de la Madeleine aux clubs de jazz de St-Germain-des-prés, avec son Leica, seul lien avec sa vie antérieure.
    A la fin des années 60, devenue une photographe reconnue, elle va chercher à renouer avec son passé en revenant dans le Midwest et soutenant la cause pacifiste en pleine guerre du Vietnam.
    Gaëlle Nohant dresse un portrait de femme sublime qui a su se libérer de ses chaînes sociales pour se révéler. En toile de fond de ce destin, l’histoire de Chicago, ville aux multiples facettes, aimée et haïe… fascinante.


  • par (La Promesse de l'aube)
    4 janvier 2020

    Coup de coeur de Laëtitia

    Un destin de femme du Paris des années 50 au Chicago des émeutes de la fin des années 60. Gaelle Nohant nous dépeint avec finesse ce personnage complexe et attachant, remontant petit à petit le fil de son histoire et de sa fuite vers une liberté gagnée au prix de lourds sacrifices. La construction est habile et l'on suit sans se perdre la vie de Violet-Eliza, femme, libre, courageuse et aussi sensible que la pellicule de son fidèle Rolleiflex.


  • par (Librairie Mots et Images)
    2 janvier 2020

    Eliza doit devenir Violet, changer de pays et surtout, couper les liens avec son fils, afin d'avoir une chance de survivre et d'échapper à l'emprise de son mari.
    Mais comment renaitre avec ce poids d'abandon et cet amour maternel meurtri?
    Sa passion pour la photographie et ses nouvelles amitiés suffiront elles à lui donner la force d'être heureuse?
    Un roman magnifique ou l'amour, la liberté et la lutte contre le racisme s’entremêlent avec force et justesse...