Les Grands cerfs

Les Grands cerfs

Claudie Hunzinger

Grasset

  • par (La Promesse de l'aube)
    20 avril 2020

    Coup de coeur Amélie

    Pamina habite en foret pour fuir la villes et profiter de la solitude pour écrire et créer. Un jour, elle réalise que sur son terrain vit un clan de cerfs. Avec l'aide d'un photographe animalier, elle va apprendre l'art de l'affut, la lecture des traces, des empreintes, se rapprocher de ces grands animaux qui la fascine. Mais elle va aussi découvrir ce qui se cache derrière ces hommes qui connaissent si bien la forêt.
    Un livre haletant et engagé pour la cause des animaux sauvages et leur lieu de vie. Les descriptions des longues heures d'observation des animaux sont intenses et magnifiques.


  • par (Fontaine Luberon)
    28 novembre 2019

    Dans notre époque,où l'espace vital des animaux sauvages diminue,les romanciers nous décrivent la ténacité et la beauté de ces espèces menacées.Dernièrement primé,Sylvain Tesson nous raconte la découverte magique de la panthère des neiges dans une contrée lointaine. Claudie Hunzinger plonge son héroïne dans le coeur des Vosges,isolée volontaire dans une forêt aux visiteurs rares et rusés,les grands cerfs.
    La narratrice,fascinée par ces superbes animaux,essaie de se fondre dans la nature où l'homme, ce prédateur,doit se faire accepter Il faut "se faire invisible pour voir l'invisible".
    Mais "la patience dans l'étude de la nature"peut-elle suffire à la sauver?Notre héroïne va le comprendre à ses dépens;car il faut choisir son camp,les chasseurs aussi disent aimer la nature et les gardiens de l'ONF pensent aussi entretenir la forêt par une "régulation" légitime".


  • par (Librairie La Mandragore)
    29 octobre 2019

    On est plongé dans une nature sauvage. On sent les odeurs, on voit les couleurs et on apprend tout sur les cerfs. Ce roman pose la question du partage de territoire entre l’homme et l’animal. L’O.N.F. et le clan des chasseurs revendiquent la régulation des cerfs pour éviter leur prolifération qui engendre la destruction des forêts. Aussi, cette tuerie permet à l’homme de manger leur viande et d’afficher des trophées. Le chasseur veut toujours dominer l’animal, sans état d’âme. D’autres, comme l’auteur, avec leur sensibilité, leur compassion, aimeraient que
    cesse ce carnage. Que faire ? Qui a la bonne réponse ?
    J’ai beaucoup aimé ce livre qui invite à réfléchir sur ce sujet.
    Joëlle, lectrice de la rentrée littéraire


  • par (Librairie Page 36)
    16 septembre 2019

    Après le temps de l'enchantement, l'urgence

    Claudie Hunzinger a toujours écrit sur ce lieu où elle vit, en pure poésie.
    Lieu à vivre, à créer.
    Ici, c'est le même lieu, les mêmes êtres perçus dans ses ouvrages d'avant : Nils, Léo, des artistes et les cerfs.
    Mais le temps a passé et le constat se fait de la situation qui se détériore.
    Les hommes vivent de plus en plus mal. Les animaux disparaissent. Tout cela par les hommes.
    Ce lieu, en lisière de deux mondes, social et de nature, comme un lieu à voir. À voir la disparition active, en cours, de tout ce que nous abîmons, détruisons, inscrits dans la consommation.
    D'autres le disent déjà, depuis longtemps, de bien des manières, scientifiques et littéraires.
    Claudie Hunzinger, elle, restitue la possible perception animale de tenter de se fondre aux cerfs, de les observer, de les écrire, de nous les faire sentir. Elle apporte sa patte, son empreinte profonde et poétique.
    Lire toute l'œuvre de Claudie Hunzinger et respirer la forêt, la montagne, s'y fondre comme être du monde.
    À découvrir la magie absolue lue dans Les enfants de Grimm, je vous y invite.


  • par (Librairie La Buissonnière)
    19 août 2019

    Ramures

    Cheminement littéraire poétique et exaltant au cœur des immensités forestières vosgiennes, dans les sous-bois resplendissants d'ombre et de lumière observées. Bienvenue au pays des grands cerfs, monarques aux ramures majestueuses et à l'intelligence subtile. Une plongée naturaliste dans cet univers clanique grandiose révélant aussi les dangers croissants et menaçants à l'égard de la population de cervidés chaque année davantage décimée. Une situation alarmante, un combat perdu d'avance pour ces créatures de la forêt que l'humain tente d'éradiquer ouvertement en multipliant prétextes et arguments depuis l'ONF jusqu'aux fédérations de chasseurs. La beauté des mots et du langage de Claudie Hunzinger n'est pas simplement là pour sauver mais dire et réfléchir avant qu'il ne soit trop tard. Il est peut-être déjà trop tard.. Lisez et partagez.