• 9 décembre 2019

    Un thriller original sur la forme et sur le fond.

    Deux ans après « La Fille d’Avant », qui avait connu un beau succès, l’auteur nous offre donc un nouveau thriller, que j’ai pour ma part préféré au précédent.

    Claire, étudiante passionnée, paye ses cours de théâtre grâce à un travail pour le moins original : elle « teste », pour le compte d’un cabinet d’avocats, des maris soupçonnés d’infidélité.
    Pour elle ce travail n’est qu’un rôle comme un autre, et les épouses sont plutôt satisfaites de ses résultats.
    Du moins jusqu’à ce que la femme de Patrick, la dernière cliente de Claire, soit retrouvée assassinée dans la chambre d’hôtel où elle était venue lui faire son compte-rendu...
    Qui a pu tuer cette femme ?
    Que viennent faire Les Fleurs du Mal là-dedans ?
    Et qui, de Patrick ou Claire, se joue de l’autre ?

    Il faut reconnaître que faire un thriller ayant Baudelaire comme thème central, il fallait y penser.
    Niveau originalité, aucun souci, c’est du jamais vu. Et ça fonctionne.

    Toutefois, si vous êtes du genre allergique à la moindre petite invraisemblance, autant le dire tout de suite, cette histoire risque de ne pas vous convenir.

    Par contre, si vous avez envie de lire un thriller comme vous regarderiez un film, pour vous détendre et sans vous poser (trop) de questions, alors vous pouvez y aller, ce roman fait son job, et il le fait plutôt bien.

    Les points forts sont sans conteste : le rythme soutenu, les nombreux rebondissements, l’originalité de l’idée, et le mélange des genres (que j’ai particulièrement appréciés), avec certaines scènes écrites comme au théâtre.

    Son point faible : les incohérences, même si elle ne m’ont pas spécialement dérangée. Sauf le tout dernier rebondissement, que j’ai trouvé trop explosif à mon goût vu le décor où il se passe.

    C’est donc un thriller à lire si vous aimez les lectures survitaminée, qui sortent de l’ordinaire, et qui ne se dévoilent vraiment qu’à la toute fin.

    Après un premier titre qui était plutôt un huis clos, J.P. Delaney nous donne ici une nouvelle histoire à l’opposé de la première.

    Un nouveau roman à découvrir, pour passer un bon moment et vous faire votre propre avis.


  • 3 octobre 2019

    Les fleurs du mal.....

    Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Fayard et NetGalley, qui nous font découvrir en avant première des romans passionnants.
    J’avais apprécié "La fille d’avant" qui avait bénéficié d’un grand engouement des médias et des lecteurs. Un deuxième livre est toujours difficile dans ces cas là, tant l’attente est élevée.
    "Mensonge" comblera les lecteurs en quête de personnages complexes, à tendance perverses et aux amateurs des "Fleurs du mal", le recueil, par essence, vénéneux ….
    Que ne faut il faire pour obtenir une carte verte, lorsque l’on est une jeune actrice anglaise, sans le sou, et dont la réputation la bannit de son propre pays… des choses peu conventionnelles, comme piéger des maris volages !!
    Mais lorsque l’on doit aider la police à découvrir un « possible » meurtrier psychopathe qui s’inspire de l’œuvre de Baudelaire pour ses meurtres et qu’on en tombe amoureuse… la situation se complique très nettement.
    À partir de là, les pistes vont s’embrouiller, qui est victime, qui est coupable, Claire est elle une manipulatrice machiavélique, une folle hystérique ou un dommage collatéral ?
    Le mari est il un meurtrier, ou juste un professeur passionné de Baudelaire ou bien encore, un amoureux transi… autant de questions que l’on se pose durant cette lecture addictive !!
    En dévoiler davantage, serait vraiment dommage, le mieux est que vous partiez à la quête de ces mensonges.