Sale gosse

Sale gosse

Mathieu Palain

L'Iconoclaste

  • par (Librairie Obliques)
    12 août 2019

    Choisir sa famille

    Difficile de parler de ce livre sans parler de sa conception et de son auteur, Mathieu Palain, journaliste sorti de six mois d'immersion dans une antenne de la PJJ avec des témoignages, des histoires, des visages. Ce roman - car c'est bien un roman - en est plein : éducateurs, juges, animateurs et bien sûr enfants, tous ces "sales" gosses, gamins agressés ou agresseurs au destin empêché et dont Wilfried, pièce centrale du livre, est l'exemple le plus ambigu et le plus troublant.

    On va suivre son parcours cahoteux, depuis sa naissance au mauvais endroit jusqu'à sa prise de conscience, à l'aube de l'âge adulte.
    Ici, la crédibilité du personnage vient du fait que l'auteur ne porte jamais sur lui de regard angélique. Oui, c'est un enfant abandonné par une mère toxicomane mais non, cela ne justifie pas qu'il fracasse la mâchoire d'un adversaire sur un terrain de football.

    L'apprentissage de la responsabilité, c'est la clé de ce roman-vrai, son point de bascule qui en fait autre chose qu'une énième histoire d'enfant défavorisé. Avec ou sans circonstances atténuantes, que faire de ces enfants ? Chaque personnage y répond comme il peut, l'administration et la société aussi, sans qu'il soit jamais vraiment possible de décréter ce qui serait mieux ou pire.

    Sans jugement, avec seulement les voix - parfois au vocabulaire fleuri - de tous ces protagonistes humains, Sale gosse braque un projecteur sur une zone de la société qu'on préfère souvent ne pas voir. En cela, c'est un livre important et salutaire.