• par (Hisler - Even)
    30 juin 2018

    Un roman social terrifiant

    C’est clairement un livre très engagé, qui n’est pas a mettre dans toutes les mains mais qui doit être lu lorsque l’on se pose des questions sur le port d’arme, sur les droits de la police et du citoyen .. Bien sur, on est pas en France donc certaines choses nous parlent un peu moins ..

    J’aime le parti pris de Star, on la sent douter, et en même temps très sure d’elle sur ce qu’elle doit faire .. Le fait qu’elle soit dans un lycée privé, un lycée « de blanc » rends la situation encore différente puisqu’on insiste sur le contraste entre la vie dans les quartiers blancs, et les noirs ..

    C’est un très bon roman ado’, que je recommande aux ames sensibles et a ceux qui pensent que le port d’arme doit passer obligatoire et que la police a tout les droits .. Percutant, choc, necessaire ..


  • par (Librairie Ravy)
    9 juin 2018

    Une banlieue chaude, un policier trop nerveux... Et c'est le drame. Dans ce roman, Angie Thomas réussi l'exploit de parler d'un sujet aussi grave sans jamais tomber dans le manichéisme ou le pathétique. Un livre puissant où le rire n'est jamaisb ien loin des larmes.


  • par (Librairie La Femme Renard)
    31 mai 2018

    Starr, 16 ans, noire, vit dans un quartier difficile et fréquente un lycée de blancs.
    Un soir, son meilleur ami meurt dans ses bras, tué par un policier blanc. Malgré la violence et les guerres de gangs, Starr va essayer de défendre l'image de son ami. Angie Thomas décrit avec justesse et sans haine aucune le racisme, les inégalités et la lutte, toujours présents dans cette Amérique d'Obama et de Trump...
    Elle laisse entrevoir l'espoir d'un changement possible car peu importe la couleur de peau, "Gardez en tête que vos voix comptent, vos rêves comptent, vos vies comptent !"

    Roman coup de poing utile et nécessaire.

    Sophie


  • par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
    25 mai 2018

    Conseillé par la Librairie Sorcière L'Oiseau Lire à Visé

    Coup de coeur!

    Starr, 16 ans, jeune afro-américaine, vit à Garden Heights, un quartier défavorisé où la vie est rythmée par les guerres entre gangs et les descentes de police. Tous les jours, elle quitte pourtant son quartier pour aller au lycée de Williamson situé dans une banlieue chic. Entre ces deux mondes, elle oublie parfois qui elle est réellement...

    «Ce jour-là, j'ai compris que Williamson et Garden Heights étaient deux mondes différents et qu'il ne fallait pas les mélanger.»

    Le jour où son meilleur ami Khalil se fait tuer sous ses yeux par un policier lors d'un contrôle d'identité, sa vie bascule. Elle devra non seulement surmonter son deuil et sa colère, mais aussi supporter la pression faite par les gangs pour qu'elle se taise et celle par les militants pour qu'elle parle. Les décisions qu'elle prendra arriveront-elles à rendre justice à Khalil?

    «Les gens comme nous dans des situations comme ça deviennent des hashtags mais obtiennent rarement justice. Et pourtant, je crois qu'on attend tous ce jour. Le jour où ça finira bien.»

    Ce roman contemporain est une petite pépite! Il aborde avec justesse des sujets importants tels que le racisme et la ségrégation. Les propos sont nuancés et ne classent aucun personnage du côté des gentils ou des méchants. C'est un roman poignant qui se dévore. On entre dans l'histoire et on aimerait y rester pus longtemps pour continuer à suivre l'histoire de ces personnages authentiques et réalistes.

    «Même quand on a tout fait comme il faut, il arrive parfois que les choses tournent mal. Mais il faut persister, c'est ça la clé.»

    Conseillé par la Librairie Sorcière L'Oiseau Lire à Visé


  • par (Librairie Page 36)
    22 mai 2018

    Depuis leur plus jeune âge, Starr et ses frères, nés dans une ville où la ségrégation raciale est forte, ont été mis en garde par leur père et ont appris la conduite à tenir en cas de contrôle de police.
    Impuissante, Starr assiste au meurtre de Khalil par un policier. A seize ans, elle va témoigner devant le jury et tout entreprendre pour rendre justice à son meilleur ami.

    L’auteure décrit les violences policières fréquentes envers la communauté afro-américaine, les émeutes qui en découlent.


  • 20 mai 2018

    Un roman militant et passionnant

    Il y a des romans déconseillés aux adolescents : la brutalité des propos, les scènes violentes peuvent déstabiliser, voire choquer et faire naître des angoisses. Et dans ce premier livre destiné aux « jeunes adultes », Angie Thomas ne mâche pas ses mots, retranscrivant avec une fidélité désarmante, le quotidien des jeunes Noirs américains, univers fait de guerres de gangs, de racisme, de drogue et de violences policières. Mais au-delà de la rudesse du sujet, il y a cette voix, portée par l’héroïne, synonyme d’espoir et de jours meilleurs.

    Ainsi, Starr n’a que seize ans lorsqu’elle voit de ses propres yeux son meilleur ami Khalil se faire descendre par un flic en colère, lors d’un simple contrôle, après une soirée de fête. Unique témoin de la scène, la jeune fille s’enferme d’abord dans sa colère et son immense chagrin, d’autant plus que ce meurtre lui rappelle de manière lancinante celui de sa meilleure amie, tuée sous ses yeux, six ans auparavant.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Librairie Madison)
    8 mai 2018

    "Percutant, brillant, bouleversant." John Green

    " Nous voulons l'arrêt immédiat de la brutalité policière et des meurtres des Noirs, des autres gens de couleur et des opprimés."

    Starr et ses frères ont appris par cœur le programme en dix point des Black Panthers, ce mouvement révolutionnaire de libération afro-américaine que leur père soutient depuis toujours. Ces mots prennent un sens nouveau le jour où Starr assiste au meurtre de Khalil par un policier alors qu'ils rentraient chez eux. Pour rendre justice à son meilleur ami elle n'a qu'une solution, utiliser son arme la plus précieuse : sa voix.
    The Hate U Give soulève beaucoup de question existentielles, culturelles et sociétales. Notre héroïne est tiraillée entre deux quotidiens : celui de son ghetto où la violence fait partie de la vie de tous les jours et celui de son lycée de "blancs" dans lequel ses parents l'ont inscrite pour lui donner les meilleures chances dans la vie. Qui est-elle vraiment ? Pourquoi doit-elle se censurer en permanence pour rester cool au lycée, ne pas passer pour la victime ou la "cassos" de service ?
    J'ai adoré le personnage de Starr, la clairvoyance de l'auteure, et la juste balance entre les moments de lucidité de l'adolescente et ceux de pure haine, où les émotions dictent ses actions ... Et les conséquences d'un tel lâcher prise.

    La haine qu'on donne est un roman qui parle de l'actualité, parfois brûlante, parfois brutale. C'est un roman nécessaire à mettre dans les mains des adolescents à partir de 14 ans.


  • par (Librairie L'Armitière)
    10 avril 2018

    À lire de toute urgence !

    Un livre qui aura su se faire attendre mais dont la lecture est tellement poignante qu'on le lui pardonne aisément. On y retrouve une histoire percutante qui nous entraine dans un tourbillon d'émotions, entre douceur et horreur, entre rires et larmes.

    Starr est une jeune américaine noire vivant dans un quartier où la drogue, les guerres entre gangs et descentes de police vont bon train.
    Après une fête, son meilleur ami, Khalil, est tué par un policier suite à un simple contrôle.
    Bavure polière ou délit de faciès? Starr, seule témoin de la scène, est la seule à pouvoir apporter la lumière sur cette affaire.
    Entre son quartier qui réclame justice et les policiers qui souhaitent étouffer l'affaire, Starr va devoir apprendre à surmonter cette épreuve et à vivre sa vie d'adolescente.

    Un roman d'actualité, un appel à la tolérance, en bref un livre à mettre entre toutes les mains.

    Dès 14 ans


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    10 avril 2018

    L'évolution de l'héroïne, Starr, qui est trop noire pour son école des quartiers chics et trop blanche pour son quartier «ghetto », est très touchante. On la voit grandir et s'affirmer au fil des pages pour sauver la mémoire de son meilleur ami qui a été tué sous ses yeux par un policier alors qu'il n'avait rien fait de mal: il était juste noir.
    Les violences policières envers la communauté afro-américaine posent de vrais problèmes aux États-Unis, c'est pourquoi ce roman percutant est à faire lire à tous les adolescents pour les aider à mieux comprendre les enjeux de la lutte contre le racisme.


  • 7 avril 2018

    The Hate U Give - Un roman coup de poing

    A seize ans, Starr, adolescente noire, vit dans un quartier pris dans la guerre entre les trafiquants et les patrouilles de police. Pour les protéger elle et ses frères des gangs dont il a réussi à s'extirper, son père les a inscrits dans un lycée blanc de la banlieue chic de la ville.
    Trop blanche pour les uns, trop noire pour les autres, Starr à du mal à trouver sa place.
    Tout bascule, le jour où, après une soirée, le meilleur ami de Starr se fait abattre sous ses yeux. La raison ? Un geste mal interprété par un policier nerveux.
    Entre la police qui cherche à étouffer l'affaire et les gangs qui prennent cet événement comme une attaque, c'est tout un quartier qui s'embrase. C'est aussi le début d'un combat pour Starr : elle veut innocenter son ami aux yeux du reste du monde ce qui va l'obliger à grandir et s'affirmer. Dans une ville où elle se cherchait, elle va devoir faire entendre sa voix.
    The Hate U Give c'est un roman coup de poing mais nécessaire. Un roman où la vie dans les quartiers est difficile mais aussi pleine d'amour et de solidarité. Une histoire où les violences policières et le racisme sont une réalité.
    Ce livre percutant donne une voix aux jeunes d'aujourd'hui et amène à débattre sur des sujets plus que jamais d'actualité.


  • par (Librairie L’Intranquille Plazza)
    7 avril 2018

    La haine qu'on donne...

    Roman polar qui s'inscrit dans une terrible réalité.
    L'histoire met en lumière la violence policière, urbaine et le racisme auxquels est confronté Starr, jeune afro-américaine, avec le meurtre sous ses yeux de Khalil, son ami d'enfance.
    Lors d'un contrôle de routine, pensant que ces deux ados manigançaient quelque chose, un policier blanc trop nerveux ouvre le feu et tue Khalil de 3 balles dans le dos. Starr est la seule témoin, c'est sa parole contre celle du policier...
    "The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody"; " la haine qu'on donne aux bébés fout tout le monde en l'air. On a fait tous ces trucs, hier soir parce qu'on avait la haine, et ça nous a tous foutus en l'air. Maintenant, il va falloir trouver un moyen de défoutre en l'air tout le monde".
    A partir de là, nous allons suivre le combat acharné de Starr qui, remarquablement entourée de sa famille, n'utilisera qu'une seule arme, sa voix, pour étaler au grand jour ce que la police cherche à étouffer mais surtout pour rendre toute sa dignité à Khalil.
    Poignant, touchant, bouleversant autour de la vie en banlieue, la peur des gangs, les dealers mais aussi la solidarité et l'amitié.
    Nous comprenons tous les rouages qui engendrent les à priori et le racisme...
    Une pépite! Un roman qui claque! Une voix qui résonnera encore longtemps en nous une fois le livre fermé!


  • 6 avril 2018

    Lire ce livre, c'est prendre un coup de poing, se relever et prendre conscience de quelque chose de fort.

    Dans un ghetto noir américain, la vie vous terrasse bien vite. Starr s'accroche et se relève, soyez fort, essayez aussi.


  • par (Librairie Mots et Images)
    5 avril 2018

    Un réel coup de poing littéraire!

    "La haine qu'on donne"...Une plongée fascinante au cœur de la banlieue américaine, ou racisme et clans sont omniprésents.
    Heureusement, espoir, solidarité et courage sont la aussi!

    Un roman majestueux pour jeunes et moins jeunes.


  • par (Librairie Livres en Nord)
    4 avril 2018

    Thug = The Hate You Give. C'est ce que chantait 2pac à la radio, c'est ce que reprennent en cœur les jeunes noirs du quartier "difficile" où vit Starr.
    Quand son ami d'enfance est tué sous ses yeux - abattu par un policier- et que sa vie s'accélère brutalement, Starr s'interroge; qui donne la haine? Et comment la contrer? Faut-il tout faire pour faire entendre sa voix, quitte à en souffrir, quitte peut-être même à en mourir; ou au contraire se taire, se cacher et attendre que la tempête passe?
    Seule témoin du meurtre/ de l'accident (selon à qui vous demandez), la jeune fille essaye de démêler ses sentiments et d'apaiser sa colère. C'est d'autant plus difficile quand on se retrouve concernée de très près par les affrontements entre gangs, policiers, médias et même disputes entre ses amis proches que suscitent l'affaire.
    Une histoire forte sur un sujet d'actualité brulant -notamment aux États-Unis - portée par une héroïne attachante et les membres de sa famille solidaire les uns des autres.