Marie Darrieussecq

Il faut beaucoup aimer les hommes

P.O.L.
18 €
 

Dans ce nouveau roman, nous suivons Solange et Kouhouesso. Ils habitent hollywood puisqu’ils sont acteurs. Ils tombent amoureux. Ou bien seulement Solange ?. Elle est blanche, a de grandes idées sur l’amour. Il est noir et n’a qu’une idée en tête : adapter Coeur des ténèbres au Congo. Solange est une femme qui attend : les rôles comme les preuves d’amour. Kouhouesso, lui, n’attend rien : il fait.

C’est un roman sur le désir de construire (un couple, un film...), les obstacles rencontrés et l’énergie déployée pour les surmonter.
J’ajouterai que Marie Darrieussecq est une styliste hors pair : son écriture est vivante, magnétique, habitée.
Marie Darrieussecq est sans aucun doute un grand écrivain.

Sébastien - Quai des Brumes


Quoi que l’on pense des précédents romans de Marie Darrieussecq, on ne peut qu’être touché par celui-ci, subtile histoire d’amour univoque, de désir, de fascination et de manipulation. Histoire de cinéma aussi, l’ensemble se déroulant à Hollywood. Et histoire d’Afrique, puisqu’il y est longuement question d’Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad, et de son adaptation cinématographique. L’écriture est d’une sobriété étonnante, toujours très juste (et jamais vulgaire, pour ceux qui s’en inquiéteraient). Un premier gros coup de cœur !

L’Escampette


Vingt ans après, Solange, de Clèves, est devenue actrice en vue à Hollywood. La crudité adolescente fait alors place à la passion amoureuse - et romantique - qu’elle éprouve envers un acteur obnubilé par Le coeur des ténèbres de Joseph Conrad. Mais il y a bien loin du calice à la lippe...

Marie Darrieussecq joue finement avec les clichés de la romance, cette relation qui, en en restant trop souvent à l’imaginaire androgyne du « paradis perdu de l’amour », ne produit que les fleurs stériles et creuses de « cet imaginaire où tout recommence toujours », où « il n’y a de place ni pour l’aventure humaine ni pour l’idée de progrès »... Cela vous rappelle peut-être vaguement un discours politique prononcé naguère en Afrique ?


Mystères de l’amour, toujours !

 

Passages

L’Escampette - Pau, Passages - Lyon, Quai Des Brumes - Strasbourg, le 31 août 2013