Olivier Bourdeaut

En attendant Bojangles

Folio
6,60 €
 

Un premier roman qui chatouille votre émotivité : ou comment avoir immense sourire en même temps qu’une larme coule sur votre joue. Mais c’est l’effet « Bojangles », cette chanson de Nina Simone sur laquelle ce couple improbable et doucement fou danse sous les yeux rêveurs et admiratifs de leur fils. Une folie douce, oui, mais qui deviendra folie tout court voir folie pure pour la mère, entraînant dans son sillage le reste du trio.
Le roman alterne narration de l’histoire par le fils, et carnets intimes du père. Les deux dans un style tendre, faussement naïf, aussi imaginatif que le gamin de Jonathan Safran Foer dans "Extrêmement fort et incroyablement près". Un roman cocon, où on a envie de se laisser bercer au son d’un « slow des sentiments »...

Bateau Livre


En commençant la lecture de ce premier roman, on peut craindre que le baroque des situations soit submergé par d’indigestes bons sentiments, puis il n’en est rien. Le cocktail prend, le dosage est parfait, nous vient l’envie de danser sur le Mr Bojangles de Nina Simone avec le trio familial, acteur de cette histoire. Le charme opère.

Un jeune enfant, dont on ne connaît l’âge précis, nous raconte l’histoire d’amour de ses parents. Sa maman, fantasque à souhait, fait basculer le papa dans sa douce folie. Ce dernier décide de la suivre dans tous ses délires, dans tous ses caprices – élever en appartement une grue de Numidie nommée Madame Superfétatoire, ne jamais ouvrir le courrier administratif et l’entasser au milieu du logis, nocer chaque nuit dopés au Champagne et aux mélanges d’alcools en tout genre avec des amis hauts en couleur, se dégoter un château en Espagne, entres autres élucubrations. Et que tout cela coule de source, que le quotidien soit une fête, que la liberté soit totale.
De courts et magnifiques extraits du journal intime du père viennent de-ci de-là éclairer d’un autre angle l’histoire. Et si au départ tout est charmant, ensuite, ça grince, on se rend compte que la folie douce est en réalité maladive. Si tous les membres et proches de la famille décident d’y succomber, c’est pour mieux la supporter, qu’elle ne soit pas un frein à la vie. C’est là qu’Olivier Bourdeaut est fort. On croit rester dans la légèreté et pourtant la profondeur est là.


Ce premier roman est une grande réussite, drôle, lumineux, plein de fantaisie, à la fois léger, mais plus profond qu’il n’y paraît. Il y a l’amour, il y a la folie, il y a l’amour fou et la vie. Dansons maintenant !

Adrien - Point Virgule


Dans cette famille, la banalité est proscrite. Une vie de fêtes et de plaisirs, sans contraintes, toujours à la recherche de l’inattendu. Papa et maman dansent au son de "Mr. Bojangles" de Nina Simone, sous le regard émerveillé de leur fils, en présence du quatrième membre de la famille, "Mlle Superfétatoire", une grue de Numibie. Ils s’aiment, les amis sont nombreux, la grâce et l’émerveillement toujours intacts et la réalité bien loin de chez eux. L’enfant , narrateur de cette histoire, adore cette vie extravagante, même s’il est conscient qu’un autre ordre existe. Mais jusqu’où peut-on préserver cette existence irréelle ? Jusqu’à quand cette fantaisie se tiendra-t-elle éloignée de la folie ?

Une magnifique histoire d’amour fou où le désespoir se cache sous un voile de pudeur et de poésie.

A Livre ouvert


Un jeune garçon nous entraîne dans une danse infernale, dans une aventure extravagante en nous racontant l’histoire de ses parents. Une histoire d’amour fou qui nous mène jusqu’à la folie de ce couple hors du commun qui propose à leur fils une vie bien différente de celle de ses autres camarades.

Un livre plein de vie, plein de folie, plein de rires et de larmes.

Marie Nawrot - 47° Nord

47° Nord (Mulhouse), À Livre ouvert Le Rat conteur - Woluwé Saint Lambert Belgique, Le Bateau Livre - Lille, Point Virgule - Namur (Belgique), le 1er juin 2017