Jean Hegland

Dans la forêt

Gallmeister, "Nature Writing"
traduit de l’américain par Josette Chicheportiche
23,50 €
 

Tout ce qui peut arriver à notre monde est présent dans ce récit. Deux soeurs, 17 et 18 ans, se retrouvent progressivement isolées de tout et de tous dans leur maison familiale au coeur de la forêt. Ce sont d’abord quelques coupures d’électricité, des liaisons téléphoniques aléatoires, des ruptures de stocks. Puis, inexorablement, tout ce sur quoi repose notre société disparaît : l’électricité, l’essence, l’argent, les médicaments, les denrées alimentaires.

Nell et Eva vivent à 6km de l’habitation la plus proche et à 50km de la ville voisine. Des rumeurs parlent d’une série de catastrophes : une guerre, une crise économique, un séisme, un accident nucléaire, des crues, des incendies, une épidémie... Puis peu à peu, elles n’entendent plus parler de rien et vivent en recluses. Progressivement, elles abandonnent leurs projets, leurs rêves, leurs réserves baissent, elles sont contraintes d’organiser leur adaptation à ce nouveau mode de vie. Mais jusqu’à quand pourront-elles tenir ?

Ce récit est le journal de Nell, la plus jeune. Il débute au moment charnière où, venant d’enterrer leur père quelques mois plus tôt (leur mère est morte il y a deux ans déjà), leur isolement devient tragique. Nell nous fait vivre l’ingéniosité dont il faut faire preuve, les efforts douloureux pour survivre, les tensions qui s’installent.. Mais, au-delà de l’aspect dramatique de cet enchaînement de désastres, c’est la redécouverte d’une vie simple (plus que spartiate même) au sein d’une nature-refuge qui va prendre de plus en plus de place.

Ce texte est un premier roman écrit il y a 20 ans. Est-ce prémonitoire ou conjuratoire ?

Il est magnifique et à lire de toute urgence.

Catherine

La Librairie du Rivage - Royan, le 10 février 2017